Eglise romane de Tohogne

 - Les nefs

 (La chaire de vérité)

 

Les nefs (la chaire de vérité).

La chaire à prêcher, datant du second quart du XVIIIe siècle, est probablement l’œuvre de Jean-François Scholtus.

La chaire à prêcher, datant du second quart du XVIIIe siècle, est probablement l’œuvre de Jean-François Scholtus.

Sur les quatre panneaux sont sculptés les bustes des quatre évangélistes.

Sur les quatre panneaux sont sculptés les bustes des quatre évangélistes.

Un ange musicien couronne le dais.

Un ange musicien couronne le dais.

La chaire de vérité, adossée, jusqu’en 1974, contre la colonne septentrionale, a retrouvé, après restauration, sa place originelle c’est-à-dire contre le pilier carré précédant ladite colonne. Elle est de style Louis XIV. Sur les quatre panneaux sont sculptés les bustes des quatre Evangélistes. Inscrits dans des médaillons ovales, ces bustes se détachent en fort relief sur un fond uni qui contraste avec le fond piqueté du reste de la cuve. Ce fond est parsemé de rubans courbés et striés et de chutes de fleurs réunies en bouquets. Deux tores rythment la base : l’un est sculpté de godrons, l’autre de pastilles. Le dossier, flanqué de consoles en accolade, est décoré d’un panneau rectangulaire, dont les angles coupés en quart de cercle sont agrémentés d’un fleuron. L’abat-voix montre une colombe dans un anneau de nuées stylisées et un décor inhabituel de languettes ajourées. Un ange musicien couronne l’ensemble. Ce dernier était flanqué jusqu’il y a peu de deux angelots ; ils ont été dérobés le 18 novembre 1997. Cette chaire, datant du second quart du XVIIIe siècle, est probablement l’œuvre de Jean-François Scholtus (1708- ?), maître sculpteur à Bastogne, fils du très célèbre Jean-Georges Scholtus. A voir : la chaire à prêcher de Fisenne qui ressemble étrangement à la nôtre !

Derniere mise à jour le 1/08/17 Derniers éléments ajoutés Recherche sur le site

 

EditRegion5 27/05/07