Eglise romane de Tohogne

 - Le chœur

 (Maître-autel et retable)

<BGSOUND SRC="images/adorote.mp3" LOOP=1>

 

Le chœur (Maître-autel et retable).

Le maître-autel ou du moins ce qu’il en reste.

Le maître-autel ou du moins ce qu’il en reste.

Le maître-autel fut consacré le 19 août 1720 par Mgr de Libois, évêque de Thermopole et suffragant de Liège. Il introduisit dans la maçonnerie de l’autel, selon la coutume, des reliques de martyrs : saint Boniface et sainte Claire, donna à l’autel comme patrons principaux la Sainte-Vierge et saint Martin.

Retable baroque réalisé après 1738 par Renier Panhay de Rendeux.

Retable baroque réalisé après 1738 par Renier Panhay de Rendeux.

Dans le cartouche du sommet du retable, un œil de Dieu intimidant.

Dans le cartouche du sommet du retable, un œil de Dieu intimidant.

Le retable en bois peint, partiellement doré, nous ramène à la première moitié du XVIIIe siècle. En effet, on peut lire dans les A.G.R. (Fonds d’Ursel, liasse 856, n° 268) que « le Doyen Poncin a convenu avec M. Renier Rendeux, peintre et sculpteur à Liège, pour un autel. Marché conclu à Tohogne le 26/12/1738 pour le prix de 730 carolus ». Avec ses deux paires de colonnes à haut socle et à chapiteau composite, ses portions d’entablement et sa corniche cintrée, surmontée d’adorateurs et d’un couronnement à volutes, le meuble se range dans la série des autels baroques liégeois des années 1700-1740. Le cartouche du sommet appartient à la même veine baroque. Un Œil de Dieu, inquiétant, en occupe le centre ; il a été peint au siècle dernier mais il recouvre probablement un sujet identique. La toile peinte, une Annonciation à la Sainte-Vierge (env. 2,5 x 1,5 m) n’est pas signée. On peut raisonnablement supposer qu’elle fut également réalisée par Renier Panhay de Rendeux. Les deux adorateurs qui entouraient probablement le tabernacle primitif ont été conservés. Sculptés en bois tendre peint en brun, ils sont de belle qualité (surtout celui de droite).

Peinture « L’Annonciation à la Sainte-Vierge ».

Peinture « L’Annonciation à la Sainte-Vierge ».

Ange adorateur situé dans la partie basse du retable.

Ange adorateur situé dans la partie basse du retable.

                Le retable monumental baroque fut donc construit une vingtaine d’années après la consécration de l’autel. L’expositorium, qui se trouvait naguère en avant de cette massive construction de bois et assez élevé, a été intégré à celle-ci et abaissé (en 1977). Il sert actuellement de tabernacle. Egalement lors des récents travaux de restauration, le retable a été avancé de plus de 40 cm. Il s’ensuivit la disparition partielle de l’autel. Dans l’abside, la partie arrière de l’autel, découverte par telle manœuvre, a été supprimée. Deux statues jouxtent le retable : celle de la Sainte-Vierge et celle de saint Martin. Elles sont placées au-dessus des deux portes qui donnent accès au chevet du chœur. Là encore, Renier Rendeux en serait l’auteur.

L’expositorium servant également de tabernacle.

L’expositorium servant également de tabernacle.

                Vierge debout à l’enfant. Boit peint, 170 cm. Ecole mosane vers 1740. Dans une attitude aussi mouvementée que l’est la draperie, la Vierge, dont les pieds sont en sandales, porte l’enfant gesticulant à mi-corps et latéralement (école de Del Cour).

Vierge à l’enfant baroque (vers 1740).

Vierge à l’enfant baroque (vers 1740).

                Saint Martin de Tours. Bois peint, 200 cm. Ecole mosane, vers 1740. Représenté en tant qu’évêque, ce saint Martin fait pendant à la Vierge debout à l’enfant. Le style et la facture permettent d’attribuer les deux œuvres au même auteur dont on voit bien ici qu’il s’inspire de modèles de Del Cour et de son atelier.

Saint Martin de Tours, évêque (vers 1740).

Saint Martin de Tours, évêque (vers 1740).

                Suite à la disparition du maître-autel sous le retable, il a été procédé à la mise en place, à l’entrée du chœur, d’un autel fixe en marbre noir belge de 0,80 m sur 0,80 m. Il est situé au centre d’un large podium faisant 3 m sur 3,90 m, constitué par neuf grandes dalles en pierre, surélevées de 14 cm par rapport au niveau périphérique. Il a été consacré par Mgr André-Mutien Léonard le 23 septembre 2001.

Nouvel autel en marbre noir (consacré le 23 septembre 2001).

Nouvel autel en marbre noir (consacré le 23 septembre 2001).

                Les boiseries du chœur sont de style Louis XIV et datent du XVIIIe siècle. Ces lambris ont été restaurés et complétés. En effet, avant 1976, une portion du mur n’était plus couverte de boiseries, côté nord, lacune résultant de dégâts antérieurs. On y trouvait l’ancien tabernacle coffre-fort.

Boiserie/lambris du chœur de style Louis XIV (côté nord).

Boiserie/lambris du chœur de style Louis XIV (côté nord).

                Toujours à gauche, une stalle, avec accotoirs sculptés, date également du XVIIIe siècle. Autrefois, il y en avait une seconde placée à droite. On a retrouvé un des accotoirs.

Stalle avec accotoirs sculptés datant du XVIIIe siècle (côté nord).

Stalle avec accotoirs sculptés datant du XVIIIe siècle (côté nord).

                Jusqu’en mai 1970, l’église de Tohogne pouvait encore montrer deux lutrins en bois sculpté de la fin du XVIIe – début XVIIIe siècle. Les deux aigles ont excité la convoitise d’un visiteur qui les a volés. Les trépieds sont restés.

Derniere mise à jour le 1/12/17 Derniers éléments ajoutés Recherche sur le site

 

EditRegion5 12/03/0912/03/0912/03/09